Barokko
Opéra-théâtre
de Marion Coutris, Serge Noyelle et Marco Quesada
CRÉATION


LES 5, 6, 7, 10, 12, 13, 14 avril 2018

à 20:30
tarif : 25€ (tarif réduit 20€)

LE 8 avril 2018

à 17:00
tarif : 25€ (tarif réduit 20€)


 
   

Mise en scène Serge Noyelle
Texte et livret Marion Coutris
Composition musicale Marco Quesada
Costumes Catherine Oliveira

A l'heure de la mort, un homme se replonge dans le songe éveillé d'une vie de passions et de chaos.
Reviennent le hanter les spectres et les vivants, les êtres aimés et les ennemis, détenteurs de civilisations anciennes ou d'obsédantes projections.
C'est au travers des métamorphoses d'un homme qui est fait Pape que prend forme cet opéra. Bien sûr l'habit de Pape est celui d'un pontife de Carnaval.
Des figures oniriques, par leur présence et le récit qu'elles portent, constituent le déroulé dramaturgique de la pièce : ainsi l'Ange, l'Homme nu qu'on fait Pape, le Roi déchu, l'Enfant perdu, la Mort, les vieux Jumeaux, le Devin prophétique, la Triade du désir.
Mais l'essence de ce bal des errants est dominée par la présence d'un chœur dansé et d'un chœur chanté. Des jeunes femmes vêtues de noir passent, porteuses d'offrandes, processions païennes ou mystiques. Une horde de personnages vêtus de vieilles dentelles blanches, poudrés, voluptueux d'une décadence furieuse, archaïques et contemporains, foulent le sol de leurs danses folles, étirent l'espace de leurs rituels étranges.
Le cycle de l'histoire se calque sur le carrousel sans cesse répété des figures rhétoriques du théâtre, des mythes et des récits, et le carnaval des rois fous, des coryphées visionnaires, des messagers antiques, des Erinyes et des envoyés du destin, et n'en finit pas de dessiner nos rêves.
L'esthétique du baroque est l'excès de signe, de sens, de mouvement. Par l'effet d'inversion qu'il produit, cet excès crée le désir de vide, la nécessité de l'ellipse, la fonction de la lenteur et du silence.
Entre l'extrême érotisation des corps, et un vieillissement annoncé comme la mort du désir, se trouve le champ d'écriture de cette création.
Trouver dans l'errance d'une parole entre chant et récit, à ressusciter l'amour.
Saisir la pulsion de mort qui transcende l'acte sexuel.
Il y a dans cette attraction des contraires un champ magnétique fascinant où le monde de la peinture, celui de l'imaginaire, et l'écriture musicale, entretiennent une étrange correspondance de guerre.
Nos corps sont trace de vie.
La vie est une conscience. Mais la conscience, un combat des corps.
Le théâtre, la danse témoignent de ce combat.

Cette création naît d'une collaboration internationale commencée à Bruxelles – Festival des Brigittines - en 2009 et Paris – théâtre de Châtillon - pour inclure à partir de 2016 plusieurs théâtres d'Europe et du monde, dont le Teatr-Teatr de Perm – Russie – où le spectacle est créé dans sa version russe en mars 2017 avec une équipe franco-russe, le théâtre dramatique de Plovdiv - Bulgarie.
La création française de BaroKKo à Marseille, avec cette même équipe artistique, représente une événement inédit et attendu pour le public marseillais qui a pu assister en 2010, puis 2016, à différentes étapes de travail, et découvrir la scénographie originale du spectacle : un vaste plateau traité en bi-frontal, traversé par les chanteurs, acteurs et danseurs.

Production Théâtre NoNo –Styx Productions
Co-production Teatr-Theatr de Perm, Russie
Avec le soutien du Ministère de la Culture, de la région de Perm, l'instut Français de Russie, l'agence IVA, du Festival des Brigittines-Bruxelles – et du Théâtre de Châtillon.